Muth'sera

De son nom de naissance Aranaril.
C'est un altmer de taille légèrement au-dessous de la moyenne de ses semblables ce qui reste grand pour les standards humains (1m90 au jugé). Il a la peau vert olive, les cheveux roux mi-longs et des yeux verts en amande.
Il aime jouer de sa gueule d'ange, et de son corps svelte et bien taillé pour s'attirer des faveurs, mais cela ne marche pas tout le temps.
Ses vêtements sont de bonne facture mais sont parsemés de taches de graisses, de vin ainsi que d’accrocs.
Il coiffe régulièrement ses cheveux gras vers l'arrière d'un revers de la main.
Il cache dans sa capuche un papillon géant, Swi't.

Il est parfois cinglant, alimenté aux préjugés de l'Archipel de l'Automne, néanmoins c’est un réflexe qu’il s’efforce de contenir.
Il a du mal à différencier les humains entre eux et respecte peu leurs codes hiérarchiques.
Il ne vouvoiera donc jamais autre chose qu’un « mer ».
Il se plaît à répéter que « selon l’arcaniste Alenedor le grand, les altmer sont supérieurs intellectuellement et magiquement aux autres races, de par leur ascendant Aldmer direct et non dégénéré. Dires appuyés par de multiples expériences. » Selon Alenedor, les hommes sont le résultat des interactions entre les elfes et les animaux.
Il arrive souvent à Muth’sera de faire des rêves agités et de parler dans son sommeil, dans ceux-ci on l'entend appeler son père.
Ses sujets de conversation préférés sont les arcanes, l’herboristerie, la philosophie et les actualités.
Il a une tendance à goûter (avec précaution tout de même) à tout et n’importe quoi, pour voir s’il peut découvrir de nouveaux ingrédients.

Muth’sera est hédoniste, il aime se vautrer dans un fauteuil avec un verre d'alcool de bonne qualité dans la main. Ce n’est pas un poivrot pour autant, il reste distingué dans sa débauche.
Du coup il connaît pas mal de boissons, sa préférée du moment est l’hydromel Roncenoir.
Il a toujours voulu avoir un impact sur le monde, et pour cela il cherche à contribuer en créant quelque chose d’exceptionnel, de marquant pour Tamriel, il cherche l’inspiration qui tarde à venir.
Aux vues de la dureté des derniers évènements, Muth' (de son nouveau sobriquet), restant toujours aussi naïf, a néanmoins perdu son appétit de soirées et de boisson.

Je suis arrivé à Bordeciel avec mon frère cadet Gazunel et ma mère Vallisha il y a maintenant 25 ans en 4E176, j’étais alors jeune et ingénu du haut de mes 17 ans. Ma famille a éclaté pour des raisons encore obscures. Mère m'avait jusqu'à présent avoué que c'était pour son infidélité avec Varlothun avec qui elle vit désormais, mais certains détails ne collent pas avec cette version des faits.
Ma mère m'a embarqué dans un bateau pour Bordeciel. Mon ainé, Silriel, prenant le parti de mon père a refusé de nous accompagner.
Les années qui suivirent furent celles de la Grande Guerre, et chaque jour je me rends compte de la chance que j’ai d’être parti d’Alinor.
A Vendeaume nous vivions confortablement en marchandant des onguents et autres mixtures, ma mère m'ayant transmis sa passion pour l’herboristerie. Les Altmer étant alors toléré nous formions une belle communauté avec les autres réfugiés de l'Archipel et ma mère en devint une figure connue et appréciée pour ses talents, enviée aussi par sa capacité à enfanter une progéniture digne de porter le nom d'Altmer.
Après 12 ans de vivotage, tout juste après la naissance de mon demi-frère Gazunel, je suis tombé dans le collimateur de Drevis Neloren, maître des illusions de l’académie de Fortdhiver, qui m’a pris sous son aile alors qu’il m’avait croisé dans les rues de Vendeaume tentant de lui vendre de la poudre de Flammouche.
Depuis j’habite à Fortdhiver, et bien que je corresponde régulièrement avec ma mère, je suis trop occupé pour lui rendre visite.
Aujourd’hui je passe une grande part de mon temps à l’Arcaneum de Fortdhiver, le nez dans les bouquins ou à subir les sermons des maîtres de l’académie, mais il m’arrive de m’éclipser à l’auberge de Fortdhiver pour satisfaire mes besoins d’évasion.
Lors de mon enseignement, ma maladresse m’a attiré quelques soucis, mais mes prédispositions pour la magie me valent un peu de respect, voire de la jalousie.
Parfois je pense à mon grand frère et je me demande ce qu’il a bien pu devenir, se plait-il dans les rangs du Thalmor, a t-il seulement survécu à la guerre ?