Séance 12 du 29/11/17

Par Sylv
[Extraits des cahiers personnels de Jasken]

Ah ! La peste soit de cette dunmer !
En même temps à quoi s'attendre de la part d'êtres qui vénèrent encore les princes Daedra ?
Sans aucun doute elle a gagné des points auprès de Boéthia quand elle m'a lâchement planté cette dague dans le dos !
J'avais eu un mauvais pressentiment quand elle s'est proposée pour monter discrètement à la tour se charger de la sentinelle qui s'y trouvait certainement mais je ne leur ai pas prêté l'oreille, j'avais confiance en sa réputation et voyant l’intérêt que lui portait Muth'sera je me suis laissé endormir… et ai failli en mourir.

La mort est arrivée comme un silence dérange,
Versant dans mes veines le liquide froid du métal.
Elle a posé sur moi l’or blanc de ses phalanges
Et paraphé mon âme de sa plume létale.
(1)



Et elle a eu le culot de nous dire qu'elle ne faisait que respecter son contrat ! Perfide créature ! Enfin, elle est désormais entre les mains des Compagnons, elle est maintenant leur problème…

Le notre c'est de rencontrer le commanditaire de cet argonien, cet Olfrid Guerrier-Né qui, voulant garder un œil sur ses rivaux, de fil en aiguille, à mis le Thalmor sur notre route, bien sur comme si nous avions besoin de cela. Mes amis ont jugé sage de négocier avec lui, j'espère que nous ne nous exposons pas une fois de plus à une trahison qui cette fois pourrait avoir de plus fâcheuses conséquences, mais bon les compagnons seront avec nous pour ce fameux rendez vous et Uhr semble penser qu'il existe un genre de code de l'honneur chez les voleurs qui vaut le coup d'être leur débiteur.
Ah tiens d'ailleurs, note à moi même : s’enquérir de la raison qu'aurait un prêtre de Kynareth d'apprendre à crocheter discrètement des portes et d'en savoir autant sur des parias comme la Guilde des Voleurs ! Devant mon incrédulité face à ce talent inattendu, je jurerai avoir vu dans ses yeux une étincelle de … d'espièglerie ? La vie est tout de même étrange, quand j'observe notre petit groupe je me dis que nous ne nous serions jamais côtoyé en temps normal… mais il semblerait que le destin ait d'autres plans…

La vie réserve parfois de bien douces surprises
Met sur votre chemin des êtres d'exception
Qui en un simple instant font fondre nos banquises
Peuplant nos intérieurs d'intenses affections.

Rencontres de hasard, mais pourtant si précieuses,
Les heures qui défilent ressemblent à des secondes,
Les échanges féconds font aurores radieuses
Balluchon de bonheur pour âme vagabonde.

Savourer chaque instant passé à leurs côtés
Pour remplir nos mémoires de tendres souvenirs
Nos lendemains pluvieux se nappent de beauté
Après avoir été pouvoir à nouveau redevenir.

Remercier tous les cieux pour cette providence
Qui fait vibrer nos coeurs au rythme du partage
Donner chacun son tour dans une même cadence
Fusion d'intimités pour le plus pur alliage.
(2)



(Pas mal, à retravailler mais il y a une bonne base)

Enfin, nous sommes venu à bout de ce voleur et de ses acolytes, mais le combat ne fut pas aisé et c'est une chance que nous n'ayons pas attiré l'attention des gardes. Je répugne à l'usage des armes et de la violence mais quand je repense à Cassandra dans le feu de l'action je peux y voir une certaine forme d'Art, dans le chaos de ses mèches blondes d'ordinaire si disciplinées, dans la fureur qui embrase son regard, dans la grâce de ses mouvements… J'aurai peut être dû passer du temps dans ces sessions d'entrainement finalement…

Sa chevelure blonde tressée,
Dépassait de son casque ciselé.
Sa cote de maille en argent,
Avait de magnifiques reflets changeants

Favorite parmi les Valkyries,
Elle est la plus sensible des furies.
Étincelante avec son allure de sauvageonne,
Shor l'apprécie mieux que personne.

Il y a quelque chose de froid et de blanc dans son sourire,
Une douce mélodie à moi vient mourir,
Lorsque son sourire, par sa voix remplacé,
Me fait vibrer, sans doute pour une éternité.

Transfiguré tel un ange, une divinité,
Son sublime visage, d'une parure dorée est encadré ;
Tellement de pureté en émane, tellement d'espoir,
Qu'elle soumettrait les abysses les plus noires.

Tant de sentiments, lui témoigner, impossible
Non pas que ceux-ci soient indicibles,
Mais les entendre, certainement elle refuserait
Car il m' est interdit de l'aimer.

Je me contente donc de la côtoyer,
La regarder, l'écouter, la frôler,
Dieu seul sait quels seront mes regrets
Lorsque cette belle Valkyrie se sera envolée.
(3)



Ah voila, l'inspiration vient toujours des plus belles choses, il faudra que je mette celui-ci au propre dans mon recueil personnel !

Ah mais trêve de rêveries, la nuit se meurt et il est temps de se reposer, Muth et moi avons délivré le message écrit par l'argonien à son employeur afin de le rencontrer demain soir près du vieux tertre à l'ouest de Blancherive. J'espère que les Compagnons ont quelques tonnelets de bière à percer avant d'aller nous coucher.




Sources :
1 - http://loukristie.centerblog.net/rub-Tenebres-2.html
2 - ?
3- http://www.mytexte.com/texte.php?id=4378 et http://www.creapoemes.com/index.php?threads/la-valkyrie.122737/