Séance 17 du 17/01/18

Par U~man

Ce qui suit est un des fragments de parchemin recélant les ébauches d'une autobiographie.

Chroniques de Muth'Sera le Magnifique

[…]

La tempête fait rage à l'extérieur mais nous sommes bien au chaud dans cet auberge du Sanglier. Les paillasses sur lesquelles nous dormons sont remplies de puce mais c'est ce que j'ai connu de mieux depuis de nombreux jours. Je me réfugie dans mes livres d'arcanes, glanés sur les récentes victimes de notre gros barbare musculeux et de sa lame de Stahlrim.
J'ai le sentiment étrange que les récents évènements, et surtout la perte de mes amis, J'Zarro et Fjorinda, m'ont profondément changé, la magie était abstraite pour moi jusqu'alors. Maintenant j'en ferais volontiers l'instrument de ma puissance. Le pouvoir de me protéger, d'échapper aux menaces qui nous entourent. Et les formules et flux de magie sont plus tangibles, mes progrès sont bien plus importants qu'à l'académie.

Oui, je rappelle que ces derniers temps nous avons survécu à

  • Un culte millénaire et ses adeptes pratiquant la nécromancie, à deux reprises.
  • Plusieurs troupes du Thalmor, magiciens et guerriers.
  • Des Draugr et un de leur seigneur.
  • Un dragon.

Sans compter les différentes catastrophes qui auraient pu survenir simplement parce que le gros barbare musculeux et suant n'en fait qu'à sa tête.

Bon, je profite de cette longue matinée pour faire le tri dans nos péripéties, faire une pause dans ce tumulte incessant. Et après quelques emplettes de bon aloi, des chevaux, un chevreuil et de l'hydromel, nous repartons sous la tempête rugissante.

Les pas se font de plus en plus lourds, et le moral de mes compagnons est dans les chaussettes, les engelures se forment et nous décidons de faire une pause car les doigts de Jasken menaçaient de lâcher et dieu sait que sa musique nous est d'un bon réconfort après les dures journées que nous connaissons.

Uhr le pieux au passé de filou nous mène jusqu'à une grotte de contrebande, seul refuge accessible, unique chance de survivre à ce maelstrom.

Arrivés au seuil de la grotte je constate vite qu'elle est jonchée de cadavres, et en son centre se dressent les silhouettes de soldats impériaux, fiers d'avoir mutilé jusqu'à la mort les contrebandiers avec leur petit bout d'acier pointu.

Ils ont baragouiner quelque chose à propos d'une embuscade Sombrage qui les aurait forcé à se réfugier ici mais au final ils sont comme tous les soldats, ils aiment tuer et se baigner dans le cadavre de leur victime, comme le fait mon père.

Je me demande d'ailleurs si cette embuscade des Sombrages ne seraient pas de notre fait, nous avons tout de même laissé fuiter une lettre annonçant que l'Empire allait envoyer une troupe quelques jours auparavant, ce Tullius n'aurait pas du faire confiance aux Guerriers nés.
Peut être prenons nous parti dans cette guerre sans nous en rendre compte ?

J'ai bien signifié au reste du groupe que nous n'avions rien à faire avec des soldats de l'empire mais nous avons décidé de cohabiter pour la nuit…
Nuit qui fut fort agitée…

Une menace a rodé bien près de nous alors que je récitais mes formules dans mon subconscient. L'air était d'un froid mordant, et nos voisins les impériaux n'avaient pas dégagé leur lot de chaleur pendant la nuit, ils étaient mort, asséchés de tout leur sang.

Cassandra, la vigile, s'était laissé envoûter par une enfant de la nuit, un Vampire qui a sucé le sang de ces soldats fatigués. Non pas que cela soit une grande perte, mais quel est cette nouvelle faction qui converge là ou tout est déjà si conflictuel et dangereux, pourquoi sommes nous encore en vie ? Cassandra, sensée protéger Bodeciel des vampires à t-elle des rapports avec eux ? Rien n'est ce qu'il semble être.

Notre quête reste la même, nous devons mener l'enfant de Dragon et sauvegarder les fragments de l'amulette de Goldur.
Et moi, Muth'Sera, je m'engage à accomplir mon devoir de mage de l'Académie.