Séance 22 du 07/03/18

Par Heedio

La mort blanche, comme la nomme Ragnhar, s’étend à nos pieds recouvrant la plaine de son voile blanc. Un silence de mort s’est installé et seules nos tergiversations le rompent. Entre ceux qui désirent porter secours aux villageois et ceux qui pensent qu’il est déjà trop tard, ceux qui pensent qu’il faut se rendre au tertre proche de Fort-Ivar et ceux qui cherchent un moyen de contourner la brume mortelle afin d’aller vers le nord, les conversations vont bon train. Entre la prudence et l’urgence, le choix est difficile et je reconnais que moi-même, je ne sais que choisir.

Les évènements s’enchaînent et se précipitent telle la tempête déferlant sur la côte. Où devons-nous aller ? Que devons-nous faire ? Ou allons-nous faillir et entraîner le monde dans sa perte. Chacun de nos actes va faire peser la balance d’un côté ou de l’autre et la seule personne qui pourrait nous guider, souffre d’amnésie. Ah Ragnhar, si seulement tu pouvais te souvenir.

Je sens en lui une peur, ancrée au plus profond de son être, à l’idée de devoir pénétrer dans cette zone qui pour lui n’est que mort et désolation. Je l’aime bien et je ne sais pourquoi, j’ai confiance en ses paroles. Est-ce parce qu’il a les mêmes racines que moi ? Je ne saurais le dire.

Cassandra, telle une vigile de Stendarr, souhaite porter secours aux villageois et à Lynly Chantétoile, la nouvelle conquête de Jasken. Une chose étrange s’est produite lors de l’ascension des 7000 marches alors que Jasken tentait de la réchauffer. Je ne saurais le dire, mais la glace entre elle et lui a fondu. Ils sont plus proches et semblent se confier l’un à l’autre. Mais, je peux me tromper. Il faudra tout de même que je parle au groupe du mal qui ronge Cassandra. Ce mal qui d’après Ragnhar est un des fléaux du futur.

Encore un secret que je garde en moi et qui peut entamer la confiance que nous avons les uns envers les autres. Nous en avons trop entre nous et le fait qu’ils se dévoilent petit à petit, distille le doute et la suspicion. Il faudra, je pense, que nous nous dévoilions les uns aux autres afin de construire une bonne base de confiance et de compréhension entre nous.

Les connaissances de Ragnhar sur la mort blanche permettent de trancher. Nous descendrons à Fort-Ivar même si la nuit est tombée. S’en suivent des plans d’attaques. Nous savons que nous risquons de devoir combattre et que nos capacités risquent d’être réduites par le froid glacial de la mort blanche. Mais qui sait réellement ce que nous allons trouver là-dedans ? Même Ragnhar ne peut le dire.

Dès l’arrivée à Fort-Ivar, nous sommes accueillis par une créature qui pousse des grognements gutturaux, puis se retire dans le tertre. Les habitants de Fort-Ivar surgissent subitement de la brume et se dirigent vers nous. Malheureusement, il est trop tard. Ces pauvres bougres ne sont plus que des sortes de zombies glacés qui n’ont qu’une envie… se repaitre de notre chair. Rapidement le combat s’engage entre Elcor et les êtres sans vie. Leur nombre croît de manière rapide et nous risquons à tout moment de nous faire dépasser par le nombre. Le combat est rude, Elcor, cet écervelé, se retrouve isolé et assailli de toute part. Cassandra, bloquée, ne peut pas le protéger. Muth’sera, malgré tout son savoir, semble désemparé face à de telles monstruosités. Jasken se révèle d’une grande aide grâce à son luth d’où sortent de douces notes qui encouragent nos cœurs. Le doute s’immisce en moi. Kynareth m’a-t-elle abandonnée. Les pouvoirs qu’elle m’octroie ne semblent pas autant les affecter et ma main n’est plus guidée pour éradiquer les forces du mal.

Morts-vivants, squelettes, les assauts se succèdent. Nous finissons par en venir à bout, épuisés, vidés. Le combat n’est pas fini. Nous devons entrer dans le tertre afin de le nettoyer de ces immondices. Mais avant tout, nous devons prendre du repos et reprendre des forces. Affaiblis, nous allons droit vers notre perte.

C’est le moment qu’Elcor choisit pour se précipiter vers le tertre.

Je me dois de le rattraper et de le convaincre de résister à ses tentations afin de reprendre des forces. Peut-être que notre destin s’achève ici ? Peut-être que c’est Ragnhar qui écrira le livre de Jasken afin d’entretenir l’espoir. Ces histoires de voyage dans le temps ouvrent les portes de tellement de possibilités que je ne sais plus que croire. Une seule certitude, la mort nous attrapera un jour ou l’autre. J’espère juste avoir l’occasion de passer un peu de temps en compagnie de Dame Danica qui est la raison pour laquelle je me bats.