Séance 31 du 13/06/18

Par Jasken

Quelque part entre Arquebrumes et Pargram, 7 (ou plutôt 8 vu l’heure qu’il est !) Ombreciel 4E201

Nous sommes partis tard d’Arquebrumes ce matin, la matinée d’ailleurs était presque terminée. Et pour une fois c’est moi qui ait du attendre quelqu’un qui ne se remettait pas de ses excès (je ne l’avouerai que sous la torture mais je concède que c’est assez ennuyeux)…

Il faut dire que lorsque les habitants d’Arquebrumes ont appris la mort du Thane qui “gérait” la ville il a été difficile de ne pas participer aux festivités qui ont été improvisées. Je me demande si, là où il se trouve maintenant, le fameux Baron Sanguinaire a pu ressentir la joie que sa disparition a provoqué. Cela ne doit pas être un sentiment agréable. Mais ça en dit long sur la manière dont il traitait ces gens. Nous avons pour la plupart fini à l’auberge, certains plus que d’autres, et si au fond de moi je n’avais pas vraiment le coeur a faire la fête j’ai fait ce que j’avais à faire et j’ai essayé de donner le meilleur de moi-même. J’avoue que c’était un peu plus facile vu que j’avais décidé de ne pas me laisser déconcentrer par les jeunes filles qui ont, malgré tout, tenté d’attirer mon attention. Non pas qu’elles étaient désagréables à regarder, bien que la plupart n’auraient rien perdu à être un peu plus charnues, mais j’ai encore du mal à oublier le visage de Lynly, figé dans la mort…

Enfin bref, la soirée aurait pu être très agréable dans d’autres circonstances. S’il n’avait pas flotté un arrière goût de malaise au sein de notre groupe. Uhr, fidèle à lui-même s’est isolée dans les appartements qui nous ont été alloués par le Huscarl de Baron pour la nuit. Non sans nous avoir recommandé (vainement) de ne pas abuser et de nous lancer son regard mi-désapprobateur mi-résigné dont il a le secret.
Je n’ai pas trop vu Ragnhar participer aux festivités non plus, il va sérieusement falloir que ce garçon apprenne à se détendre, ça rendra service à tout le monde…
Même Muth m’a honteusement abandonné et s’est éclipsé bien avant que la fête ait atteint son paroxysme.
Au final seul Elcor a fait honneur à nos hôtes et, contre toute attente … Cassandra. Malgré ses nobles discours sur le sacrifice de soi, le fait que nous n’ayons trouvé cette fameuse dague dans le repaire de la Harfreuse lui a durement fait prendre conscience de la réalité. Après tout j’ai marché suffisamment de fois sur cette route (et je suis sûr que j’aurai encore maintes fois l’occasion de l’emprunter) pour ne pas la juger d’avoir perdu toute dignité ce soir là. Mais du coup, la route aujourd’hui a été longue. Pas à cause de la fatigue ou du froid - au contraire, il règne dans cette région volcanique une agréable douceur - mais l’ambiance était pesante. Les regards échangés furtivement, lourds de sens. Les silences, assourdissants de non-dits. Tout le monde a certainement en tête l'inéluctabilité du destin de la Vigile. Au point que, d’après ce que j’ai entendu ce soir, nous avons dévié de notre route.

Nous avons finalement trouvé un endroit approprié pour monter le camp, Uhr a proposé de faire les tours de garde par 2. J’y ai vu l’occasion de pouvoir discuter tranquillement avec mon ami Altmer afin de comprendre ce qui le travaillait - mon intuition me disait que c'était bien plus que l’état de Cassandra - mais une règle tacite semble exister établissant que nous ne sommes pas fiables ensemble ! Je me suis donc retrouvé à prendre le dernier tour de garde avec Ragnhar. Ce qui me permet de tenir en ce moment même mon journal que j’ai négligé ces derniers jours. J’en ai profité également pour mettre au propre certains de mes récits. Ca me tient éveillé. J’ai entièrement confiance en Ragnhar pour être vigilant pour nous deux !
Mais avant d’aller me coucher j’ai quand même réussi à rejoindre Muth qui s’était éclipsé à l’écart du camp. Je lui ai apporté une bouteille à partager. A défaut d’être de bonne qualité elle était bien pleine. Si quelque chose le travaille ce n’est pas une bonne idée de rester à jeun trop longtemps ! Si je n’en étais pas convaincu, écouter sa piètre tentative de plaisanterie a fini de m’en convaincre. Nous avons parlé un moment. Il m’a confié des choses sur lui. La confiance qu’il m’a témoigné m’a honoré. Et pour ne pas la trahir je ne coucherai même pas sur le papier ses confidences. Je me suis alors dit qu’il était logique que je lui confie quelque chose sur moi, pour être sur un pied d’égalité, lui montrer que la confiance était réciproque. Mais je n’ai eu le temps que de lui parler de Caïus avant que j’entende des bruits dans les buissons qui nous isolaient du reste du camp. Je ne m’attendais pas a voir la lune se refléter sur le crâne d’Uhr qui se croyait bien caché. Si j’avais été plus saoul et d’humeur plus légère j’aurai pu composer une balade amusante la dessus. Mais j’avoue que son comportement m’a plus blessé qu’autre chose. Un je ne sais quoi dans son regard désapprobateur que j’ai trop vu dans les yeux de mon propre père. Où peut être que j’avais finalement plus bu que ce que je pensais et que me remémorer… Ah j’entends les autres qui se lèvent je vais devoir poursuivre ceci plus tard !

Je ne sais pas par où reprendre mon récit tant cette journée à été rempli d'événements inattendus voire surréalistes… Par le début j’imagine…

La journée a commencé plutôt normalement, par un petit déjeuner frugal et un mal au crâne.

Nous avons repris la route vers Pargran, du même pas morne mais décidé que la veille. Laissant Ragnhar, Elcor, Uhr et Dexter ouvrir la voie, Cassandra légèrement derrière eux, passive comme la veille. Muth et moi fermant la marche discutant à mi-voix. En milieu d’après-midi, nous pûmes apercevoir un bosquet étrangement verdoyant dans ce paysage autrement dépourvu de végétation, certainement à cause des sources volcaniques extrêmement chaudes et, semble-t-il, acides.

Bref Uhr et Ragnhar ont insisté pour partir en éclaireur pour examiner les lieux voir s’il pouvait s’agir d’un endroit adapté pour bivouaquer cette nuit. C'était étrange car nous avions devant nous plusieurs heures de lumière pour avancer. Mais après tout, c'était l’occasion de faire une pause et de mettre pied à terre. Alors que nous devisions amicalement Elcor, Muth et moi-même, ils sont revenus, nous indiquant qu’ils avaient effectivement trouvé l’endroit idéal pour passer la nuit, que cela ne ralentirait pas notre voyage vu que nous arriverions le lendemain quoi qu’il arrive. Qui suis-je pour les contredire après les 2 courtes nuits que j’avais passé précédemment. J’étais trop heureux de ne pas avoir à chevaucher jusqu’au crépuscule !

Ah quelle naïveté, je n’ai pas vu arriver la trahison de certains de mes compagnons !

En effet, au sein du bosquet, se cachait le sanctuaire du Primarbor. Malgré le fait que nous ne disposions pas de la dague c’était là une occasion de visiter un site sacré unique et, au demeurant magnifique nous dit Uhr, pour nous inciter à descendre près de l’arbre séculaire… Mais cela n'était pas au goût d’Elcor - toujours aussi insensible à la beauté et à la spiritualité - ne voulait pas y descendre. C’est alors, je ne sais plus trop pourquoi ni comment, que Ragnhar à laisser entendre que nous disposions de la fameuse dague ! Si à ces mots je suis resté coi essayant de comprendre pourquoi cette information capitale n’avait pas été partagée, Elcor, lui, a réagi bien plus rapidement et s’est jeté pour tenter d’asséner une droite à Ragnhar. Uhr a alors sortie la fameuse Fléortie et a commencé à nous expliquer que cette information n’a pas été révélée à tout le monde par peur que la Bête qui sommeille en Cassandra, se sentant menacée, ne sorte de sa léthargie plus tôt que prévue. Ce qui fût le cas en effet car à peine la dague brandie, Cassandra a entamé une lutte pour résister à la force qui tentait de prendre le contrôle de sa personne.

Alors oui cette précaution fut, semble-t-il, judicieuse mais pourquoi ne mettre au courant que la moitié du groupe ? Pourquoi nous laisser plusieurs jours penser que nous avions échoué ! Que la Vigile qui partage nos épreuves depuis plusieurs semaines était condamnée ! Que nous allions devoir la tuer nous même ! Si je comprends la nécessité de cacher l’information à Cassandra, pourquoi nous avoir exclu Elcor et moi de la confidence ? Il semblerait que certains de nos “compagnons de route” nous aient jugé indignes de leur confiance. Après les épreuves que nous avons partagées j’avoue que le coup porté est douloureux. Surtout qu’en y réfléchissant ce n’est pas le premier de la part d’Uhr et Ragnhar. Ce dernier avec la scène qu’il m’a faite alors que je voulais récupérer l’épée de Germund, après tout c’est vrai pourquoi quelqu’un voudrait-il disposer d’une telle lame par les temps qui courent, alors que chaque jour ou presque nous devons nous battre pour nos vies ? C’est forcément louche, j’avais forcément une motivation sournoise ! Et Uhr hier qui a tenté de nous espionner, craignait-il que je complote avec l’Altmer contre le reste du groupe ? De la part de quelqu’un qui semble avoir entretenu des liens obscurs avec les guildes de malfrats de Bordeciel et au passé trouble je trouve ça plutôt culotté ! Je n’ai, me semble-t-il, jamais donné au groupe l’occasion de douter de ma loyauté envers eux. J’ai risqué ma vie plus d’une fois au même titre que chacun d’entre eux. Et je comprends encore moins cette défiance vis à vis d’Elcor…

Mais Cassandra semblait à deux doigts de perdre le contrôle et cette discussion allait devoir attendre que nous ayons résolu ce problème. Je me suis alors saisie de la Vigile pour l’emmener vers l’Arbre Sacré, la colère me permettant de la traîner sans trop d’effort. Alors qu’Uhr ouvrait la marche, Elcor et Muth sont venus me prêter main forte lorsque la Bête a vraiment commencé à prendre le dessus. A la fin Elcor l’a carrément jetée sur son épaule alors que Muth et moi tentions de l’apaiser par des sorts mais le Vampire en elle était puissant. Ragnhar a alors totalement perdu son sang froid et s’est emparé de sa nouvelle hache avec la claire intention d’abréger la vie de la Vigile. Ce garçon est totalement inconscient je crois qu’il n’a toujours pas réalisé la puissance de la créature qui possédait la Vigile. Uhr a réussi à calmer ses ardeurs alors que Muth, usant de sa magie, nous a permis de progresser bien plus rapidement et d’arriver au pied du Primarbor avant que Cassandra ne perde totalement pied, suivi de deux gardiens du sanctuaire. Le rituel a commencé. La tension était clairement palpable alors qu’Uhr et Cassandra se sont comme “connecté” à l’Arbre de Vie et sont entrés dans une transe qui parut, de notre point de vue, interminable. C’est comme si un circuit d’énergie reliait Cassandra, Uhr et l’Arbre, il m’a même semblé voir l’Arbre frémir et perdre de son éclat graduellement, comme s’il déversait son essence vitale dans la Vigile. Mais subitement Cassandra a été repoussée et est sortit de sa transe, redevenue elle même. Mais aucun répit ne nous fut accordé car nous fûmes alors attaqué par 3 spriggans sortis de nulle part. La lutte fut âpre, bien que nous arrivions à les contenir tant bien que mal, mais quelque chose n’allait pas. Uhr semblait ne pas parvenir à se libérer de l’emprise de l’arbre, au contraire l'écorce de celui-ci, peu à peu, recouvrait totalement son corp. Ne sachant quoi faire pour aider le vieux prêtre je me suis saisi de Fléortie et ait tenté de le libérer. Mais l’arbre s’est défendu et m’a violemment projeté plusieurs mètres au loin. Je crois que j’ai encore une ou 2 côtes fêlées suite à ce choc. Ce qui n’est rien comparé aux stigmates que portent encore mon visage suite aux attaques sournoises des essaims de guêpes contrôlés par les spriggans… Je suis littéralement défiguré ! Mais revenons en au moment le plus étrange de cette journée ! Alors que le combat contre les spriggans s’achevait et que tout le monde se précipitait vers le cocon de bois qui contenait, nous en étions persuadés, la dépouille du défunt Uhr, une lumière aveuglante a jailli de celui-ci et une version plus jeune du prêtre en est sorti. (Avec des cheveux ! Et j’entends par la une longue crinière blond platine qui a de quoi faire passer pour de la paille la chevelure de Cassandra !) Baigné d’un halo de lumière bienfaisante, Uhr s’est alors exprimé d’une voix éthérée et féminine, ces mots qui se sont gravés dans ma mémoire :

Le sang devient sève et la sève devient sang
La vie devient mort et la mort devient vie
Le cycle ainsi brisé jusqu'à l'accomplissement
Tel est le pacte qui nous unis

La nature offre des bienfaits
Utilise les à bon escient
Respecte son pouvoir
Et craint sa colère


Uhr (ou qui que ce fut en ce moment) s’est alors tourné vers la Vigile pour s’adresser directement à elle en ces termes :
Le venin de Molag Bal grandissait en toi *
Mes larmes ne pouvaient que le mettre en sommeil
Ma sève à ramener en toi la vie que tu as perdue
Renaître à un prix qu'il va te falloir expier
Mais pour toi le remède est peut être pire que le mal
Le nom d'un père et des prophètes de sang ancien
Tu devras soumettre à Arkay pour préserver la lumière *

La nature offre des bienfaits
Utilise les à bon escient
Respecte son pouvoir
Et craint sa colère


Il (elle?) s’est alors adressé à Elcor :
Enfant de Dragon, on ne choisit pas son destin
Et tu ne viendras pas à bout du tien seul
Garde tes compagnons près de toi
Comme eux doivent veiller sur toi
Alduin est de retour et il n'est pas ton seul ennemi
Briser ses treize piliers l'affaiblirait mais il n'en reste pas moins l'ainé d'Akatosh *
Skuldafn est la porte qui pourrait t'offrir la victoire, ou la mort
Des forces opposées luttent pour éviter le Kalpa *
Mais leur avènement n'est guère plus enviable au Kalpa

La nature offre des bienfaits
Utilise les à bon escient
Respecte son pouvoir
Et craint sa colère


Avant de quitter le corps d’Uhr, elle nous adressa à tous un ultime avertissement :
La Vie est un bienfait de la nature et pour l'utiliser il faut parfois savoir la perdre

Le sens de tout cela est encore flou, nous nous remettons à peine de ces évènement fous qui se sont déroulés dans le sanctuaire. Cassandra est délivrée du mal qui la rongeait, Uhr est sorti transformé à jamais de cette expérience. Des choses importantes ont été dites qu’il va nous falloir analyser et des fissures sont apparus au sein de notre groupe qu’il va nous falloir combler si nous ne voulons pas échouer dans notre quête.

Bref la lumière semble n’avoir projeté que plus d’ombres qu’il va nous falloir dissiper avant de réussir à y voir plus clair.