Séance 34 du 04/07/18

Par U~man
Ce qui suit est un des fragments de parchemin recélant les ébauches d'une autobiographie.

Chroniques de Muth'Sera le Magnifique

[…]
Nous arrivons en vue du tertre situé à proximité de Pargran. Assez semblable aux deux précédents, c'est à dire une bâtisse à moitié ensevelie grossièrement taillée dans la roche d'une falaise.
La Thane Sothilde nous a concédé l'aide d'un guerrier fort imposant nommé Barri, ou bien est-ce Barril ? Je ne sais plus. Son aide ainsi que celle de Daxter que je ne mentionne plus car il fait partie intégrante de notre équipée, se fait sans concession et c'est vraiment appréciable.
Ce tertre contient un autre fragment d'amulette si mes estimations sont bonnes. Le dernier ? L'avoir nous mettrait en véritable position de force.

A quelques pas de notre arrivée au tertre, nous surprenons une Givrepaire immense qui ne manque pas de défendre son territoire avec ses sœurs à l'appui.
Ce tertre est étonnant, une colonie de ces créatures a apparemment trouvé refuge entre les cadavres des nordiques, peut être les défunts avaient ils ce qu'ils appellent : “ une araignée au plafond” ? Cela expliquerait parfaitement leur prolifération.

Après un combat acharné dans lequel Jasken nous a fait démonstration de pouvoirs étonnants provenant de son Luth, nous entrons dans le tertre et faisons la rencontre de Hillgrund, un fils de Jarl dont l'esprit garde le tertre . Il habite un squelette qui luit de la lueur bleue distincte des fantômes. Cet esprit aux abords peu engageant s'est avéré coopératif lorsque nous avons parlé de Elcor l'Enfant de Dragon. Cela aura eu le mérite de nous permettre d'en apprendre plus sur ce qu'il s'était passé.

Les informations recoupées m'ont menée à la conclusion suivante. Il y a peu de temps des elfes du Thalmor sont entrés pour piller le tertre. Ils ont récupéré le fragment à une vitesse folle en évitant le courroux de Sigdis, un des fils de Gauldur. Sigdis à tenté de les suivre mais Hillgrund l'a empêché en puisant dans sa force vitale.

Voulant m'assurer de la véracité de ses propos j'ai suggéré que l'on vérifie par nous même et nous sommes donc entrer pour pourfendre Sigdis.
Je ne m'imaginais pas que la bataille tournerait aussi mal.
Dès la première pièce, des Draugr surgissent de toute part et nous déversons une grande part de notre puissance et de notre énergie pour nettoyer les lieux, pendant que calmement, tel le prédateur qu'il l'est, une se tapit.
Fatigué par ce combat, nous décidons de poursuivre l'exploration vers la prochaine salle.
Des toiles de Givrepaire en jonchaient le sol, ainsi que plusieurs oeufs.
Je me décidais à prendre un point de vue sur l'ensemble de la salle quand venant de nulle part, deux flèches empoisonnées se fichèrent dans mon abdomen. Les souvenirs que j'ai de la suite son vagues, je luttaient contre la douleur et le poison qui coulait dans mes veines. Je me souviens d'avoir incanté tous les sorts venant à ma mémoire et que la bataille était désespérée.
Je pu voir la créature qu'une fois morte, c'était un hybride entre un draugr et une givrepaire, un Draupaire, ou un Givraugr ? Je ne sais pas en tout cas c'était énorme, velu, avec 8 pattes, un arc magique d'une taille gigantesque et ça exsudait un sang à l'odeur immonde.
Les bénédictions de Kyn accomplies par Uhr me relevèrent d'entre les morts, non sans mal. Mes compagnons étaient eux aussi bien touchés.
Mes blessures se refermaient qu'en j'entends la voix d'une Altmer avec un accent plutôt soutenu, je préviens l'Enfant de Dragon de ne pas la pourfendre à vue et je me dresse à sa suite, me préparant au pire.
[…]