Séance 6 du 12/07/17

Ce qui suit est un des fragments de parchemin recélant les ébauches d'une autobiographie.

Chroniques de Muth'Sera le Magnifique

[…]
D'aucuns diraient que toute cette violence était portée par les dieux, puis-qu’apparemment un innocent avait été délivré de l'injustice.
Mais voilà, après le massacre d'une poignée d'Altmer, aussi fervents soient-ils de l'extrémisme du Thalmor, je n'étais guère d'humeur. Ces pauvres hères n'avaient rien eu le temps de voir venir, peut être étaient-ils même mécontents des ordres qu'ils s’apprêtaient à suivre ?
Leur père, lui aussi Thalmor, qu'ils prirent comme modèle ? Avant qu'ils se consacrent à leur réelle passion, la philosophie ? Un tel gachis…



Tout ceci à cause d'une colère mal contrôlée. Si le Skaal est vraiment ce qu'il prétend être, il aura besoin de rênes solides, et d'un habile cavalier. J'ai du travail. L'académie ne vas pas me voir de ci-tôt.

Dans mon désespoir, j'ai recueilli ce Marval, qui semble être un nordique avec la tête bien sur les épaules, l'ayant gardé grâce à nous. Un brave homme, emmené vers Epervine pour son exécution.
Étrange non ? Ce long chemin pour une exécution ? Il a sans doute des secrets d'importance qu'ils voudraient lui soutirer… Ces cachotteries ne tiendront pas longtemps face à moi.

Elcor avait encore de la fumée qui lui sortait des naseaux. Sa fureur destructrice ne s'arrêtera pas à ces quelques elfes, ah ça non. Ce nordique est un ouragan de problème, une catastrophe naturelle, la semence de son père un battement de papillon qui engendra l'apocalypse.
Je ferais en sorte qu'il ne s'avère pas être un fléau pire que le Dévoreur de monde lui-même. J'en fais la promesse par ces quelques lignes…

Le barbare avait toujours son objectif en tête, avancer sur Helgen pour tout détruire. Quelle surprise, tout était déjà détruit !



L'horreur du spectacle de la roche fondue, des odeurs de chair calcinée, des cendres portées par le vent. Ceux qui m'accompagnaient, le barde, le prêtre, la gardienne, paraissaient familier de ce genre de carnages.
Dans quel monde ont ils vécu ? Ont ils tous participé à la guerre ?
Ce cadavre calciné devant moi, est sans doute le jumeau de ceux de J'Zarro et de Fjorinda. Et c'est eux que je voyais gir sur la place des ruines fumantes d'Helgen, leurs mains couvrant leur regard, comme si aveuglés, ils survivraient au monstre volant.
Oui, ceci est l’œuvre d'un dragon.



Imperturbable, Elcor le meurtrier enjamba les débris de la porte principale pour s'enfoncer dans la ville. Pour tomber sur des bandits bien malhabiles.
Ceux-ci l'ont vu venir, et alors que les Altmer méritaient un moment de réflexion, ces énergumènes méritaient amplement ce qu'il leur est arrivé. Des violeurs, des pilleurs, profitant du malheur des uns pour s'en mettre plein les poches.
Dans le chaos on entendit une femme se déchirer les poumons dans un cri né d'une souffrance inouïe.
Ils purifièrent les ruines de ses parasites de bandit dont le dirigeant s'appelait Kalal. Mais moi, Muth'sera, j'ai fait ce que j'ai pu pour éviter le bain de sang, si jamais l'homme des cavernes avait eu un peu de jugeotte nous aurions pu les emprisonner.
En effet, un des bandits m'a révélé leurs petits secrets. Il a eu la gentillesse de succomber à mes charmes arcaniques, sa force de caractère ayant été ridiculement facile à surmonter,
Après à peine quelques minutes de combat, seul leur chef, Kalal, respirait encore. A son côté une femme au charme certain, Belinda.
Nous l'avions sauvé.



Ceci dit, aucune trace de l'oncle skaal. Où donc la colère d'Elcor va t-elle bien nous mener maintenant ?
[…]