Séance 7 du 19/07/17

Par Sylv

Je soussigné Faustus Valga de Chorrol, plus connu en les Terres Sauvages et Glacées de Bordeciel en tant que Jasken l’Extraordinaire, agit en toute liberté et rédige ce qui suit sous aucune contrainte.

Je révoque ainsi toutes les précédentes directives ayant pu être établies par le passé et leur substitue les présentes dispositions.

Pourquoi, me direz vous, gâcher mon talent d’écriture à la rédaction de documents administratifs et rébarbatifs, talent qui pourrait être dûment employé à l’enrichissement de mon œuvre… En effet, je vous accorde que n’importe quel gratte papier aux doigts recouverts d’encre bon marché pourrait se charger de cette tâche ingrate contre quelques septims. Mais voyez vous mes amis, j’ai le sentiment aujourd’hui que cela ne peut plus attendre car, votre serviteur, en saisissant l’occasion unique de suivre une authentique troupe de héros sur les routes afin d’écrire une saga qui sans aucun doute ira prendre sa place dans l’Edda Poétique de Bordeciel, a irrémédiablement mis sa vie en danger.

Mais ne tremblez pas pour moi mes amis car je suis la voie qui a été tracée pour moi par les étoiles qui guident mes pas, et rien ne saurait faire flancher ma résolution. Ni le froid qui me transi jusqu’aux os la nuit et gèle mon encre dans l’encrier. Ni la faim qui me tenaille perpétuellement, implacable compagne de route. Ni le danger constant qui jamais ne nous quitte, telle une ombre, toujours sur nos talons.

Tenez, pas plus tard qu’il y a quelques jours alors que nous allions enfin rejoindre Helgen et - pensais-je naïvement - un petit peu du confort qu’apporte la civilisation, aussi rudimentaire soit-elle, que la dure réalité nous rattrapa. Nous n’y avons trouvé que ruines, mort et désolation. Enfin, nous sommes tout de même arrivés à temps pour sauver la belle Belinda des griffes de ces scélérats. Une fois remise elle nous raconta comment la ville aurait été détruite par un dragon avant de tomber aux mains de coupe-jarrets sans scrupule. Pendant ce temps, Elcor tournait comme un ours en cage à la recherche d’indices sur ce qui était arrivé à son oncle, passant ses nerfs sur le chef des brigands que nous avions fait prisonnier. Finalement, avec les quelques informations mises en commun par notre petit groupe, augmenté de notre nouvelle invité, nous décidâmes d’emprunter la route que suivent les Thalmor pour rejoindre leur garnison de Fort Mauriart. Sur le chemin, nous passerions ainsi à Rivebois où nous laisserons Belinda aux bon soins de sa famille et où, peut-être, nous en apprendrons plus sur cette Lyvren de Dorn la Rouge dont Frea nous avait parlé.

Le lendemain nous avons donc pris la route, abandonnant le gredin à son sort, en direction de la châtellerie de Blancherive. La nuit tombée, nous nous arrêtâmes près des légendaires pierres gardiennes, espérant profiter de leur bénédiction. Nous n’étions pas près de la Pierre de l’Amant néanmoins il semblerait que certains en aient profité pour se rapprocher significativement. Malheureusement, au cours de la nuit, ces hurlements qui nous suivaient depuis notre départ du Pic du Sud semblait s’être encore rapprochés. Tellement à vrai dire, que nous nous fîmes attaquer par un autre de ses hommes masqués, nous exhortant de lui laisser l’Enfant de Dragon. N’écoutant que mon courage - vous me connaissez - je me suis lancé à corps perdu dans la mêlée avec mes compagnons, mais la horde de loups enragés a bien failli avoir ma peau…

Le but de ce document est donc de mettre mes affaires en ordre au cas ou il m'arriverait quelque chose de tragique privant ainsi les arts lyriques de ma contribution…

A mon ami Muth’sera, je lègue ma collection de grands crus de Tamriel que j’ai, par un heureux hasard, récupéré dans la cabane d’Engi. Puisses-tu mon ami trinquer à ma santé de temps à autre ! J’y joins aussi ma collection de gravures d’art regroupant les plus belles créatures de Tamriel dans leur beauté originelle.

A la belle et valeureuse Cassandra je laisse, outre le feuillet original de la balade de Ragnar le Rouge qui sans nul doute aura un franc succès dans toutes les bonnes tavernes de Bordeciel, ma rapière Alik’r.

A Elcor, notre fougueux héros plus prompt à se fourrer dans les ennuis qu’a y trouver une issus, je lègue mon œuvre majeure, la Saga du Retour de l’Enfant de Dragon que j’espère pouvoir compléter avant de succomber et ainsi lui offrir l’éternité aux côtés des Héros de Bordeciel.

Enfin à Uhr, je confie à ses bons soins mes biens les plus précieux car je sais qu’il en prendra soin et en fera bon usage. Mon luth évidemment et la missive cachetée que je garde toujours sur moi. Je lui laisse en prendre connaissance s’il le souhaite et décider alors si mon âme vaut la peine d’être sauvée ou pas.

Ainsi s'achève la rédaction de mes dernières volontés, puissiez vous mes amis vivre encore de belles et longues aventures et n’oubliez pas de profiter de chacun de vos jours comme s’il était le dernier, un jour ce sera le cas !