Séance 9 du 11/10/17

Par Actarus

Les étoiles brillaient de milles feux sur Bordeciel. Pendant que le soleil se couchait derrière l'horizon, elles avaient chassé les nuages pour danser avec la lune, éclairant Rivebois et ses alentours d'une lueur surnaturelle. Cela m'arrangeait bien, moi qui comme d'habitude, allait monter la garde au cœur de la nuit.

En fin de soirée, à l'auberge du géant endormie, la serveuse fini par revenir l'air de rien. En bon client qu'on était, elle nous offrit un bouteille spéciale, une cuvée de la Tour du Corbeau. Avec Jasken et Muth, on avait pas compris le message et on voulut boire le vin aussi sec mais Uhr et Cassandra s'y opposèrent farouchement. Selon eux, c’était un message, le genre de message qu'on peut pas comprendre quand on est saouls. Il fallait se rendre à la Tour du Corbeau non loin de Rivebois…

Bien sur que j'aurais su çà si j’étais sorti un jour du Pic du Sud. Enfin, c'était pas bête et on décida tous, après une longue discussion, d'attendre le lendemain pour la boire. Cassandra avait peur que le message soit empoisonné. Un peu bizarre quand même la vigile. Efficace, jolie mais bizarre. Quoi qu'il en soit, a cause d'elle et de Uhr, la soirée était finie. Y avait plus rien a boire, Muth cuvait sur son grimoire et Jasken s'endormait tranquillement depuis que l'eunuque qui sert de skald local avait quitté l'auberge en bonne compagnie. Avec les autres on décida de monter un tour de garde. Si le lézard voulait revenir je l'attendrais de pied ferme cette fois!

Lorsque Uhr me réveilla pour mon tour, il resta un moment sur le perron du géant endormie. Faut croire qu'il en avait gros sur le cœur l'ancêtre car il s'est excusé de s’être énervé sur moi la nuit dernière. Il avait perdu son sang froid car pour lui j'empruntais un mauvais sentier de la vie. Il avait une fois fait cette mauvaise expérience étant plus jeune et ne voulait pas me voir gâcher ma vie comme lui.Il me dit aussi que je devais cesser d'aller contre courant, que je devais faire confiance à mon destin. L'espace d'un instant, j’eus l'impression d'entendre une voix familière, une voix d'outre tombe, celle de feu mon père Storn. Mais non, c'était bien Uhr à mes cotes dans la pénombre.

Je lui ai répondu que je lui en tenais plus rigueur, que c'était du passé et que contrairement à ses dires, il était loin d'avoir rater sa vie. Dans le groupe, c'est la personne que je respecte le plus, même si je ne montre pas souvent mes émotions. J'ai essayé de le lui dire avec mes mots et je ne sais pas si j'ai trouvé les bons au bon moment. Je pense qu'il a comprit mon message car c'est l'esprit plus léger qu'il m'a quitté.

Seul dans la nuit, je regardais les astres brillaient en attendant des réponses qui n'arrivaient pas. Créateur, qu'attends tu de moi? Pourquoi sèmes tu la mort partout sur mon passage? Es tu en train de me tester ? Cette nuit là j'étais à nouveau seul, en proie aux doutes. Le Créateur ne répondait plus à mes questions. M'avait il abandonné à mon destin comme le prétend Uhr ? Celui “d'enfant de dragon”. Donne moi un signe Créateur pour guider mon bras.

Soudain j'entendis un bruit anormal. Voilà qu'on m'observait. Encore ce fichu lézard à coup sur ! Il avait remarqué son erreur et je l'entendis prendre la fuite. Ni une ni deux je me mis à sa poursuite, il m'échapperait pas deux fois ! Il ne semblait pas m'avoir remarquer car il réduit l'allure en passant la porte nord de Rivebois. C'est là, toujours sur mes gardes, que j'ai vu sa salle face pour la première fois. Il avait bien une tête de lézard sur un corps d'homme ! Avec un énorme queue entre les jambes ! Cassandra et Uhr ne m'avaient pas menti les bougres ! Encore choqué je décida de rebrousser chemin. Il n'aurait pas été prudent de quitter seul le village en pleine nuit. Je retourna à l'auberge et réveilla Cassandra pour lui rapporter ce que j'avais vu.

En combattante aguerrie qu'elle est, elle comprit rapidement la situation et s’équipa sans rechigner. Une fois dehors on retourna vers la porte nord les armes à la main mais plus rien, plus aucun signe du lézard. Il s'était volatilisé dans la nature. On s'apprêtait à retourner au géant endormie pour finir la nuit quand on entendit des bruits vers la scierie. Des aboiements avec des cris étranges, comme si on étranglait une pucelle. Cassandra parti chercher du renfort à l'auberge pendant que je m'approchais à pas de loup de la scierie les pieds dans l'eau.

J'arrivai à l'ilot central pour voir la source du problème. Un enfant et son chien étaient entrain de se battre avec un monstre imaginaire en forme de tronc. A l'écouter parler il en fallait peu pour qu'il le décapite avec son épée en bois et que son chien le mange tout cru !
Je baissa ma garde en rengainant Ilz’Zahkrii et sortis de ma cachette. Le mioche et son clébard eurent peur, une réaction normale en découvrant un Skaal. Lorsqu'ils comprirent que je ne leur voulais aucun mal il baissèrent aussi leurs gardes. Il m'expliqua qu'il s'entrainait en cachette car son père voulait pas qu'il devienne guerrier. Un brave gamin. Entre temps le reste de la troupe arriva, enfin presque toute le troupe. Muth'sera et Jasken étaient restés cuver à l'auberge.

On discuta un brin avec le mioche et il nous apprit que le lézard était là depuis plus longtemps que nous à Rivebois. Il le voyait faire son petit manège presque tous les soirs et put nous le décrire avec précision. Il portait une armure spéciale, toute noire, la belle affaire ! C'était un lâche mais çà je le savais déjà ! Dès qu'on l'apercevait il se mettait à détaler mais bon, ce détail semblait avoir plus d'importance pour Uhr et Cassandra que pour moi. D'après eux on aurait affaire à un genre de clan, une guilde plus exactement. Laissez moi rire. Un groupe de lâche, laissez les moi je vais bien les accueillir moi !
Je donna une de mes dagues au gamin pour le remercier, celle que j'avais prit dans un coffre d’impériaux à Helgen. Je lui dis de faire ce qu'il voulait de sa vie, de ne surtout écouter les autres. Je lui expliqua le chemin à suivre pour trouver la voix du guerrier et accessoirement celle du Créateur aussi. Cassandra et Uhr n’arrêtèrent pas de parler sur le chemin du retour. Ce lézard n'avait pas l'air si costaud pourtant. J' suis sur qu'avec un bon coup d'épée dans la gueule il se mettrait à gindre comme tout le monde.

De retour à l'auberge, ils retournèrent se coucher. Faut croire que la nouvelle les avaient tout retourné. Le reste de mon tour se passa sans encombres et je réveilla la belle Cassandra pour son tour. Je me coucha dans un coin mais dormi que d'un œil…

Le lendemain matin, on se retrouva tous autour d'une table. Mes compagnons de soirée, Muth et Jasken, apprirent les événements de la nuit passée et on prépara la suite du voyage. On ouvrit toujours pas la bouteille sous les ordres de Uhr et Cassandra par contre ils décidèrent de se rendre à la fameuse Tour du Corbeau. Ça tombait bien car s'était sur le chemin pour couper la route du convoi qui détenait mon oncle. C'était décidé, on passerait par l'ouest, a travers les collines, puis on récupérerait la route du levant pour Blancherive. De là, et si nos calculs sont justes, on arriverait a temps pour tendre une embuscade et sauver Ilgram des mains des Talmors.

On fit nos sacs et prirent la route sans plus attendre. Au bout de quelques heures on aperçut la tour Corbeau au loin, droit comme un pic au bord d'un ravin. Elle avait connue des jours meilleurs et la neige qui recouvrait cette ruine cachait sans doute de plus gros dommages. On décida de s'approchait doucement mais çà n'allait pas assez vite a mon gout et je pris l'initiative d’accélérer le pas.

A cent pas de la tour une voix se fit entendre du haut de l’édifice. Il nous sommet de sortir de nos cachettes et de déposer les armes. A ma plus grande surprise je vis les autres obtempérer. Résigné je fis comme eux. Deux hommes sortirent alors de la tour en ruine. Ils étaient arnachés de pièces d'armures des pieds a la tête, de vrais femelles. Le reste du groupe leur expliqua la raison de notre venue et nos geôliers nous escortèrent à l’intérieur. Ils nous présentèrent à une femme, le portrait craché de Cassandra mais en plus vieille.

J'ecoutais ce qu'il se disait en silence et sans surprise, ils se mirent tous a parler de moi, de l'enfant de Dragon et de tout le reste. La vieille Cassandra me demanda une preuve de se que les autres prétendaient. J’étais pas chaud pour montrer çà a des inconnus mais Cassandra me dit une chose pas bête. Avec un peu de chance ils nous aideraient a sauver mon oncle. Comme la vieille Cassandra l'avait dit, si pour eux, j’étais bien l'enfant de dragon alors ils devraient tout faire pour m'aider.
Ni une ni deux je me concentra sur un pilier encore à moitié debout. Je focalisa ma colère dessus et poussa un cri en l'imaginant mort. Un éclair s’abattit du ciel venant foudroyer le pilier, l’exposant en milles morceaux.
Nos hôtes était bien obligés d'admettre que j'avais quelque chose de spécial. Pas forcement ce qu'ils recherchaient mais bien quelque chose. A ma demande, ils nous rendirent nos armes et l’atmosphère se détendit d'un coup. Cassandra leur parla du lézard qui devait les surveiller depuis plusieurs jours mais c'était trop tard. Alors que nos trois nouveaux compagnons de route faisaient leur sacs pour nous suivre une explosion fit trembler la tour toute entière ! On regarda dehors pour voir d'où venait l'explosion et là, stupeur ! On était attaqué par des chiens de Talmors!
Leurs chef osa crier: Rendez vous et on vous tuera rapidement.

Je lui répondit: Va crevez Charogne !